Top motoneige

J’ai toujours eu du mal avec la chaleur. J’ai toujours privilégié les vacances d’hiver, et la pléthore d’activités toutes plus délirantes les unes que les autres qu’elles offrent. Il y a quelques jours, par exemple, j’ai exécuté une randonnée en motoneige à Chamrousse. J’en avais déjà réalisée une il y a quelques années, et j’avais été assez séduit. Et là aussi, je n’ai pas été déçu par l’expérience. La motoneige est une activité assez remarquable, à mon sens, puisque l’on a à la fois la puissance de la conduite et l’excitation de la glisse. En soi, cette combinaison est déjà intéressante. Mais c’est surtout l’ambiance très particulière qu’elle produit que je trouve fascinante. Quand vous pilotez sur un sentier glacé et que le soleil disparaît, l’univers se réduit au grondement des moteurs dans le silence alentour, et vous avez à ce moment un peu la sensation d’être dans un monde où l’homme n’a jamais existé. Et ça, j’adore. Ces moments de solitude me ravissent littéralement. Sans doute est-ce lié au fait de se reconnecter avec la nature. Mais le fait est là : j’y prends toujours énormément de plaisir. Dès lors que vous vous retrouvez au milieu de cette nature sauvage, vous remettez instantanément les choses dans leur contexte. La nature agit à la manière d’un Tranxene, à ce niveau. En effet, la crise syrienne laisse indifférent les sapins, et la corruption des parlementaires ne fait pas trembler la neige. Du coup, en vous enfonçant dans ce paysage, vous prélevez d’une certaine façon cette impassibilité qui règne, et vous revenez d’une telle randonnée beaucoup plus calme. Et vous savez quoi ? Je crois que tout le monde vivrait mieux s’il parvenait à faire de même. Il y aurait bien moins de rage sur les réseaux sociaux. Et je ne m’en porterais pas plus mal ! Depuis cette sortie en motoneige, j’observe d’un oeil plus tranquille les informations. Et je crois que ma femme ne s’en lasse pas ! Voilà le site par lequel je suis passé pour cette balade en motoneige, si vous aimez ce genre d’expérience. Plus d’information est disponible sur le site de l’agence organisatrice de randonnée en motoneige à Chamrousse. Cliquez sur le lien.

motoneige15 (2)

TPE/PME et cybersécurité

Les TPE et les PME doivent comprendre qu’elles sont autant vulnérables que les grandes entreprises françaises. De par le fait qu’elles sont devenues une porte d’entrée sur les grands groupes, elles doivent comprendre qu’elles sont devenues la cible privilégiée des cybercriminels et cela même si elles continuent d’être attaquées pour les mêmes raisons que les grandes entreprises (vol d’informations sensibles, escroquerie…). Dotées de moyens de protection faibles, leur productivité en est de fait menacée. Nombreuses sont les attaques qui ont conduit des entreprises à déposer le bilan. Le tribunal de commerce de Niort a prononcé en 2016, la liquidation de BRM Mobilier, une PME des Deux-Sèvres, victime l’été dernier d’une escroquerie au “faux président” qui lui a coûté 1,6 million d’euros. L’entreprise spécialisée dans l’aménagement de bibliothèques, qui employait 44 salariés, ne s’est jamais remise de cette escroquerie et a dû cesser son activité. D’après la gendarmerie nationale, la fraude au président, le piratage du standard téléphonique, les ransonwares sont les trois attaques les plus susceptibles de pousser des entreprises à mettre la clé sous la porte. Une des origines du manque de considération des risques informatiques repose sur l’attitude des dirigeants mélangeant un manque de compréhension des enjeux de la transition numérique à une mauvaise compréhension des risques cyber. De part un emploi du temps surchargé et en sous-effectif constant, ces entreprises doivent prioriser leurs investissements comme leurs projets. À ce titre, il est clair qu’une TPE pense plus à vendre ou à se développer qu’à se doter de moyens efficaces pour améliorer la protection des systèmes d’information. Cet état d’esprit est plus que regrettable. L’industrie de la cybersécurité face au marché des TPE/PME est en train de se réinventer. Depuis quelques années, les entreprises ont opté pour des services clés en main de type services managés (cloud, Soc…) ou encore ont adopté des offres de cyber-assurance venant renforcer leur capacité à répondre à un incident de sécurité informatique. Outre l’utilisation des solutions de services, la sensibilisation des utilisateurs du système d’information reste un élément fondamental d’une amélioration continue de la sécurité informatique des entreprises. Il est important dans ce sens d’indiquer aux utilisateurs dans un document administratif (contrat de travail, charte, règlement intérieur), les bonnes pratiques d’une hygiène informatique faisant la distinction entre un usage professionnel et un usage personnel d’un système d’information. C’est dans ce sens que la CGPME a publié en collaboration avec l’ANSSI, le guide des bonnes pratiques informatiques, recueil d’information permettant aux chefs d’entreprise d’accéder simplement à un premier niveau de sécurité.